L’ABSENCE ( Serge REGGIANI )

C’est un volet qui bat

C’est une déchirure, légère

Sur le drap où naguère

Tu as posé ton bras

Cependant qu’en bas

La rue parle toute seule

Quelqu’un vend des mandarines

Une dame bleu marine

Promène sa filleule

 

L’absence, la voilà

L’absence d’un enfant, d’un amour,

L’absence est la même

Quand on a dit " je t’aime " un jour,

 

Le silence est le même

 

C’est une nuit qui tombe

C’est une poésie, aussi

Où passaient les colombes,

Un soir de jalousie,

Un livre est ouvert,

Tu as touché cette page,

Tu avais fêlé ce verre,

Au retour d’un grand voyage,

Il reste les bagages

 

L’absence, la voilà

L’absence d’un enfant, d’un amour,

L’absence est la même

Quand on a dit " je t’aime " un jour,

Le silence est le même

 

C’est un volet qui bat,

C’est sur un agenda, la croix

D’un ancien rendez-vous

Où l’on se disait vous

Les vases sont vides

Où l’on mettait des bouquets

Et le miroir prend des rides

Où le passé fait le guet

J’entends le bruit d’un pas

 

L’absence, la voilà

L’absence d’un enfant, d’un amour,

L’absence est la même

Quand on a dit " je t’aime " un jour,

Le silence est le même

 

Retour Paroles          Retour Memoire            Retour Sommaire

 

Le petit garçon ( Serge REGGIANI )

Ce soir, mon petit garçon, mon enfant, mon amour,

Il pleut sur la maison, mon garçon, mon amour,

Comme tu lui ressembles,

On reste tous les deux,

On va bien jouer ensemble,

On est là, tous les deux,

Seuls,

 

Ce soir, elle ne rentre pas, je n' sais plus, je n' sais pas,

Elle écrira demain, peut-être,

Nous aurons une lettre,

Il pleut sur le jardin,

Je vais faire du feu,

Je n'ai pas de chagrin,

On est là tous les deux,

Seuls

 

Attends,

Je sais des histoires,

Il était une fois,

Il pleut dans ma mémoire, je crois,

Ne pleure pas,

Attends,

Je sais des histoires,

Mais il fait un peu froid ce soir,

Une histoire de gens qui s'aiment,

Une histoire de gens qui s'aiment,

Tu vas voir,

Ne t'en vas pas,

Ne me laisse pas

 

Je ne sais plus faire du feu, mon enfant, mon amour,

Je ne peux plus grand chose, mon garçon, mon amour,

Comme tu lui ressembles,

On est là tous les deux,

Perdus parmi les choses,

Dans cette grande chambre,

Seuls,

 

On va jouer à la guerre et tu t'endormiras,

Ce soir, elle ne sera pas là, je n' sais plus, je n' sais pas,

Je n'aime pas l'hiver,

Il n'y a plus de feu,

Il n'y a plus rien à faire

Qu'à jouer tous les deux,

Seuls,

 

Attends,

Je sais des histoires,

Il était une fois,

Je n'ai plus de mémoire, je crois,

Ne pleure pas,

Attends,

Je sais des histoires,

Mais il est un peu tard, ce soir,

L' histoire de gens qui s'aimèrent,

Et qui jouèrent à la guerre,

Ecoute-moi,

Elle n'est plus là,

Non,

Ne pleure pas

Retour Paroles          Retour Memoire            Retour Sommaire

 

Requiem pour n'importe qui ( Serge REGGIANI )

Il est mort comme du bois sec,

Ca pouvait être n'importe qui,

Un enfant de l'Andalousie

Ou un frère du soldat Schweck,

Il est mort, la guerre est finie,

On lui a fait des funérailles,

Chacun retourne à son travail,

Il est mort et je suis en vie

 

Il est mort comme un feu de paille,

Ca s'est passé très loin d'ici,

C'est loin l'Afrique, et loin l'Asie,

Ses mercenaires et ses G.I.,

Il est mort de n'avoir su vivre,

Quand il fallait vivre à genoux,

Noyé de sang, noyé de boue,

La mort, enfin, l'a rendu libre

 

Il est mort comme du bois sec,

Ca pouvait être n'importe qui,

Le frère de Théodore Akhif

Un enfant de Zorba le Grec,

Il est mort, je suis en exil,

Et je meurs un peu avec lui,

Chaque fois que tombe la nuit

Sur le soleil du mois d'avril

 

Il est mort, pitié pour ses cendres,

Ce n'est ni l'heure ni l'endroit

Pour demander des comptes à rendre,

Mais les mots viennent malgré moi

Retour Paroles          Retour Memoire            Retour Sommaire

 

Tu vivras tant qu'on t'aimera ( Serge REGGIANI)

- Paroles Pierre Delanoe

à Danielle, à la demande d'André, d'Amiens

 

Comment faire pour traverser les océans

Pour que pendant longtemps, longtemps

On t'aime encore, on t'aime autant

Comment faire pour mériter un long amour

Pour qu'on se rappelle toujours

Que tu as existé un jour

 

Cela dépend de toi

D'être éternel ou pas...

 

La fin du monde, et pourquoi

Si tu as su te faire aimer de ci et de là

Des Noirs, des Bleus, des Rouges, et caetera

Tu vivras tant qu'on t'aimera, qu'on t'aimera

Tant qu'une femme parlera

Tant que quelqu'un se souviendra

Du seul nom de toi

Une petite flamme s'allumera

Tu vivras tant qu'on t'aimera

Qu'on t'aimera

 

Si un jour quelqu'un te dit que je suis mort

Ne le crois pas ce croque-mort

Mais aime-moi un peu plus fort

Ton amour, j'en aurai ce jour-là besoin

Bien plus encore que de chagrins

Bien plus encore que ce matin

 

Cela dépend de toi

Que je survive ou pas...

 

La fin du monde et pourquoi

La fin de tout, de mes amours et la fin de moi

Ce n'est pas dans la tombe qu'on la verra

Je vivrai tant qu'on m'aimera

Qu'on m'aimera

Tant que ton âme chantera

Pour éclairer un souvenir

Un instant de moi

Une petite flamme s'allumera

Je vivrai tant que tu m'aimeras

Que tu vivras pour moi...  

Retour Paroles          Retour Memoire            Retour Sommaire

Maj 16/01/2005